Une victoire de plus pour «Fast Greg» !

 

En arrivant à Spa-Francorchamps le vendredi 10 août, Grégory Fastré découvrait une nouvelle moto et un nouveau team. Appelé pour remplacer un des pilotes du team Mototech EWC (Bram Lambrechts), Fast Greg faisait peu à peu connaissance avec la nouvelle Yamaha R1 engagée par le team belge en championnat du monde d’endurance. Avec le sérieux qui le caractérise, il améliorait peu à peu son feeling, ses réglages, de même que ses chronos, ce qui lui permit de signer le deuxième temps de essais qualificatifs du dimanche matin avec ses coéquipiers Marc Buchner et Nigel Walraven. 

La pole position revenait presque logiquement au team français Yamaha Viltaïs Experience n°333, lui aussi habitué du championnat du monde de la discipline, avec un chrono de 2:26.220. Mais tout comme leur manager Mario Kupper, Vincent Lonbois, Florian Alt et Alan Techer savaient que les 6 Heures de Spa-Francorchamps réservent toujours leur lot de surprises et de rebondissements. «On vise la victoire, mais c’est de l’endurance et tout peut arriver. On fera les comptes à l’arrivée», déclarait Vincent Lonbois avant le départ, conscient que son équipe n’est pas souvent épargnée par la malchance à Spa.

Bram Lambrecht et Wim Van Den Broeck du Vigenon Racing signaient quant à eux le troisième temps, devant Gian Mertens-Wim Van Den Bossche-Pascal David du team Alteco - 3D-Drawing. Le team 5 étoiles Ducati Luxembourg (avec Stéphane Mertens, Didier Jadoul et Marc Fissette) s’emparait de la huitième place sur la grille, juste devant la 600cc de Loris Cresson (associé à Tom Kohnen du DDB Racing - RPM84).

Dimanche 12 août sur le coup de midi, le départ des 6 Heures Moto 2018 était donné et voyait d’emblée Greg Fastré prendre les commandes, suivi comme son ombre par Vincent Lonbois, avant une première intervention de la Safety Car. A la reprise des hostilités, Greg reprenait le leadership pour quelques tours avant de céder le commandement à Vincent Lonbois, bientôt auteur d’une petite erreur au freinage du ‘pif-paf'. Contrat rempli pour Greg donc, qui clôturait son premier relais en tête. Juste derrière, le team Viltaïs réalisait un ravitaillement plus rapide, lançant Florian Alt en première position. Celui-ci allait malheureusement chuter sans gravité. Un peu plus tard, une deuxième chute allait forcer le team Yamaha Viltaïs Expériences à une «remontada» qui les verra s’emparer de la troisième place du classement général, et de la deuxième de la catégorie Trophy.

Ces mésaventures de la n°333 faisaient les affaires du team Mototech EWC de Grégory Fastré et ses coéquipiers qui récupéraient la tête et pouvaient se permettre de ‘gérer’ jusqu’à l’arrivée. Une nouvelle victoire pour Fast Greg chez lui… «A vrai dire, je ne sais pas exactement combien de fois j’ai gagné cette course», confie le champion d’endurance. «J’ai gagné avec le Campus, avec Herpigny, avec Marc (Fissette)… Je suis peut-être le recordman de victoires ! C’est toujours agréable de gagner ici, même si certains considèrent les 6 Heures comme une coursed’amateurs, car le plateau est toujours très relevé, et il y a toujours beaucoup de surprises.» Son avance, le team Mototech EWC devait surtout la gérer sur la n°25 du Vigenon Racing, rapidement en tête de la catégorie Inters 1000 et tout aussi rapidement à la deuxième place du classement scratch, confirmant ainsi leur belle prestation des qualifications.

Quatrième et deuxième en Inters 1000, l’équipe Seton Tuning des Anglais Jess Trailer et Phil Seton devancent l’étonnante 600 du team DDB Racing - RPM 54 de Loris Cresson et Tom Kohnen (1er en Inter 600 et 5e au général). Sur la troisième marche du podium des 1000 Inters, on retrouve le team Aprilia Turnhout de Sander Claessen et Kenny Meersman.

La deuxième 600 Inter est classée 15e au général. C’est celle des Anglais du Team Edge Racing II (Laurence Edgeley-Luke Verwey-Kade Verwey). Troisièmes, les Polpettes (Thomas Houbert-Jérôme Morelli-Anthony Verona) pointent à la 21e place au scratch.

Chez les Juniors 1000, le team Moto 80 visait la victoire, mais doit se contenter de la 5e place (13 au général). C’est le Trax Racing Team (Denis Vermoesen-Niels Hattas-Kenny Tournel) qui s’impose devant le Paca Rapid-Moto Racing (Carl Cheret-Patrice Paulis) et le MAK Racing Team (Jérémy Ulens-Olivier Lefèvre). Ces trois équipes terminent respectivement neuvièmes, dixièmes et onzièmes du classement général, suivis de très près par le Phénix Racing (Fabian François-Jean-Paul Plumier-Olivier Poire - quatrième en Juniors 1000).

La première Junior 600 termine à la 20e place. Il s’agit du team Apple RT-JS Products-MotoMode (Arnaud Bojmistruk-Arnaud Mulders) qui s’offre une nouvelle victoire dans la catégorie. Jamoto Racing est deuxième (Jimmy Ovaere-Cédric Dejeux-Jimmy Lafineur), VDB-JL-J-Racing Team troisième (Jean-Luc Van Den Broeck-Jerry Dupont-Alexis Surjus).

«Avec une météo de rêve et une nouvelle formule d’essais qualificatifs plus que réussie, c’était à nouveau une belle édition des 6 Heures Moto de Spa-Francorchamps», se félicite Florian Jupsin de DG Sport. «Tout au long de la journée comme à l’arrivée, j’ai vu de nombreux sourires sur les visages des pilotes confirmés comme des amateurs, mais aussi des accompagnants et du public, qui était encore plus nombreux cette année. Voilà qui nous conforte dans notre organisation et notre volonté de conserver le caractère «amateur» des 6 Heures. Le podium final de cette édition en est la meilleure illustration : un team amateur sur la deuxième marche aux côtés de deux équipes engagées en Mondial. L’un était inscrit en Inters 1000 et les deux autres en Trophy, preuve que toutes les formules sont bonnes pour participer aux 6 Heures!»